E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
4
SESSION 14
Sessions :
Réalisations
Retour

Aubervilliers — ZAC Landy-Lamy et ZAC des Impasses

projet architectural

Les architectes de l’équipe KPSU (Jean Kalt et Brigitte Philippon, Pierre Schwab et Isabelle Utard) ont été mentionnés en 1996 à la 4ème session d’Europan sur le site de l’îlot Cristino Garcia Landy à Aubervilliers avec le projet “Point, ligne, plan, le Landy au soleil”.  Aucun des projets primés n’a eu de suite sur le site initial du concours malgré une consultation restreinte organisée en 1997 par l’Ophlm d’Aubervilliers réunissant les équipes pour la réalisation de logements locatifs sociaux. Si ce concours n'a pas abouti, il a donné l’occasion à l’équipe KPSU de poursuivre ses idées sur une typologie de maison de ville en bande discontinue et sur parcellaire étroit. 

"Point, ligne, plan, le Landy au soleil"

Ce projet pour l’îlot Cristina Garcia Landy répondait de façon pertinente aux thèmes de la 4éme session d’Europan “Construire la Ville sur la Ville, transformation de sites urbains contemporains”. Pour ce site de la Plaine Saint-Denis, contigu au canal Saint-denis et au Stade de France, les architectes proposent un projet-processus de restructuration susceptible de gérer dans la durée l’instabilité programmatique tout en préservant l’identité et la cohérence urbaine du quartier, et mettent au point une stratégie de projet guidée par le principe “Point, ligne, plan”.
- “point(s)”, avec les implantations ponctuelles de “balises” ou petits équipements de proximité à usage communautaire, et d’extensions d’habitat en toiture, les “cabanes”.
- “ligne(s)”, avec l’implantation de “plots d’habitations” regroupant 2 à 3 logements s’agglomérant en bandes dans les lanières du parcellaire et soulignant la structure linéaire des espaces publics par la création en limite séparative de bandes végétales en pleine terre.
- “plan(s)”, avec une stratégie de projet procédant par superposition de différents plans, celui du bâti et des espaces libres, du minéral et du végétal, des espaces publics et des espaces libres privatifs, semi-privatifs ou semi-publics, et comme dynamique de transformation du tissu la superposition des différentes strates anciennes et nouvelles de la ville.

étude urbaine et architecturale

En 1998, la ville d’Aubervilliers, manifestant son intérêt pour la stratégie d’aménagement progressif mise au point pour la ZAC du Landy, propose à l’équipe KPSU de transposer sa réflexion sur un autre site, Les Impasses de La Villette présentant en effet de nombreuses similitudes avec le site initial : population paupérisée, mixte d’habitat individuel et de locaux d’activités vétustes, parcellaire en lanière d’origine maraîchère, complexité des statuts d’occupation et du foncier, etc.

L’objectif de la Ville est de mettre au point une démarche d’intervention adaptée au renouvellement urbain de ce type de tissu très caractéristique de toute la première couronne parisienne et par conséquent reproductible dans d’autres secteurs de la ville. Une mission d’étude urbaine pré-opérationnelle pour la requalification des Impasses de La Villette est donc confiée par la Ville et le PUCA (Plan, Urbanisme, Construction architecture) aux architectes. Avec la participation d'Europan, deux groupes de travail sont créés : un comité technique, formé d’un chargé de mission et des architectes, auxquels sont associés ponctuellement les différents services de la Ville, et un comité de pilotage élargi à la direction de l’urbanisme, aux élus et aux représentants des comités de quartier, de la DDE, de l’Ophlm d’Aubervilliers et du Pact-Arim.



L’étude urbaine  redémarre en 2007 dans le cadre d’un projet de renouvellement urbain sur le Secteur Villette Quatre Chemins et son éligibilité aux financements de l’ANRU au titre de la politique de la Ville, avec la Sequano Aménagement mandaté par Plaine Commune et la Ville d’Aubervilliers.

En 2013 le projet urbain est profondément modifié pour être densifié, suite à la révision du PLU. L’objectif du projet urbain est la requalification du quartier des Impasses en renforçant son identité de petite échelle domestique, en conservant l’esprit verdoyant et calme de ses origines maraîchères tout en le désenclavant , en l’ouvrant sur la ville et en le confrontant à une certaine recherche de densité.

 

    projet architectural

    Suite à une consultation pour un projet architectural et une mission d'étude urbaine, une nouvelle étude est commandée à l'équipe KPSU, sur le site de la Zac des Impasses à Aubervilliers. Le programme est de 42 logements mixtes en petits collectifs et individuels. Le projet reprend le tracé d’origine des Impasses pour développer le futur réseau qui irriguera l’ensemble du quartier reconfiguré, avec pour ambition de "faire tissu". À l'image du projet urbain et architectural initial, le projet prévoyait de conserver de nombreuses maisons existantes en les combinant à des typologies nouvelles. Fidèle aux idées du concours, l'équipe propose de conjuguer ici densité, diversité typologique et présence de la nature en ville en s'attachant en particulier, d'une part aux qualités d’intimité des logements et de confort des espaces extérieurs privatifs et, d'autre part, d’urbanité des espaces de proximité d'usages collectifs. 
     

    L'ILOT DES IMPASSES : DES TYPOLOGIES de MAISONS UNI-FAMILIALES SUR MESURE

    Vu la faible dimension des parcelles, c’est du côté du Japon que certaines idées ont été puisées dans la recherche de l’intimité et de la lumière. Construites en roulement autour d’un patio, les maisons sont constituées d’un ensemble de modules déclinables selon trois types. Des panneaux coulissants en guise de porte donnent la possibilité d’ouvrir au maximum l’espace intérieur. Pour un gain de lumière, le salon sera situé à l’étage. Une pièce supplémentaire peut se greffer sur le toit de la maison. Ces «cabanes» sont proposées «à la carte» : chambre supplémentaire, bibliothèque …

    réalisation architecturale

    Le projet d’aménagement des Impasses de la Villette a pour ambition d’insérer dans un îlot verdoyant un programme de logements contemporains aux typologies diversifiées, s’appuyant sur la morphologie historique urbaine de petite échelle du site, requalifiée et réinterprétée.

    Le projet de logements de l’Office Public de l’Habitat d’Aubervilliers est la « première pierre » de la construction de ce projet d’aménagement ; à ce titre, il se veut exemplaire en matière de couture urbaine, d’écriture architecturale, de qualité de cadre de vie pour ses habitants présents et futurs.

    Le programme de  l’Office Public de l’Habitat est scindé en deux lots : Le lot A au Nord et le lot D au Sud.


    LOT A :

    Le lot A est constitué de trois types de bâtiments, accueillant au total 23 logements et un local d’activités :

    - Un petit collectif sur la rue des Ecoles en R+4, avec 8 logements, un local d’activité et les locaux communs du lot A.

    - Des logements individuels superposés, appelés intermédiaires (6 logements).

    - Des logements individuels (9 logements).


    LOT D : 

    Le lot D est constitué d’un bâtiment de 19 logements en R+5. Adossé aux grands pignons aveugles des bâtiments mitoyens de l’allée Bordier, sa volumétrie assure une transition douce entre les grandes hauteurs bâties au Sud et à l’Est du quartier et les villas urbaines denses du coeur d’îlot. Son plan en U dégage une courette centrale permettant d’éclairer naturellement les paliers de distribution de tous les niveaux et de rendre traversant les logements adossés aux pignons.

     



     

    CONTACT
    FR | EN