E
U
R
O
P
A
N
F
R
ARCHIVES
Sessions :
E
U
R
O
P
A
N
1
4
SESSION 14
Sessions :
Réalisations
Retour

La Courneuve — Quartier de la Mairie

Étude urbaine et architecturale

Rappel des enjeux du site

- Relier le quartier enclavé au reste de la ville grâce à la création d’un espace public majeur Est-Ouest.
- Créer une centralité durable par un urbanisme écoconçu
- Constituer une polarité municipale lisible composée par le Pôle Administratif de la Mairie, un «Guichet Unique», la Médiathèque Aimé Césaire (livraison 04/2015) et un Centre Municipal de Santé (livraison 2017).

LA mission

Etude urbaine, architecturale et environnementale pour la Requalification du Quartier de la Mairie
Date de début, date de fin: 2006-2012

Situation géographique
Le quartier de la Mairie de La Courneuve est situé entre le boulevard Pasteur à l’ouest, la rue de la Convention au nord et l’avenue V. Hugo au sud.

Superficie
Périmètre de réflexion 26 Ha 
Périmètre opérationnel 7,5 Ha

Il s’agit de proposer un espace public majeur qui incarne la centralité du quartier et qui affirme la place de la Mairie dans cet aménagement.

L’implantation de 100 à 200 logements, de typologies et de statuts variés, d’activités et de commerces de proximité participera à la fois à la densification du quartier et au renouvellement de l’offre de logements, et à « l’intensification « du centre-ville.
Il conviendra de ré-interroger la valeur patrimoniale des bâtiments industriels existants: point d’appui ou obstacle à la constitution d’une urbanité nouvelle du centre ?

L'après-concours

Suite à l’appel d’offre pour «l’étude urbaine pour la réqualification du centre-ville de La Courneuve», Plaine Commune a retenu l’équipe de maîtrise d’oeuvre :

Atelier TEISSEIRE Architectes, HYL Pascale Hannetel Paysagiste, TRIBU Bet HQE DD, FACEA économiste.

De 2006 à 2012, cinq phases ont jalonné l’étude: (1) Diagnostic; (2) Principes et scénarii d’aménagement, (3) Hypothèses urbaines et architecturales, (4) Cahiers des prescriptions générales: Prescriptions urbaines, architecturales, paysagères et environnementales, (5) Faisabilités architecturales.

Chaque phase comprend à minima un dossier + une présentation + un compte-rendu «comité technique» puis un dossier + une présentation + un compte-rendu «comité de pilotage». Hélène & Ken TEISSEIRE organisent avec son équipe des réunions de travail suivies d’échanges de documents jusqu’à leur finalisation. En parallèle, le même process a lieu avec les chargés de projets de la maîtrise d’Ouvrage. A chaque étape, A. Coquet d’Europan-France a apporté son soutien et son expertise.
 


Description de la mission

Les axes de dévelopement majeurs du futur éco-centre ville de La Courneuve sont intégrés au PLU depuis le 19 décembre 2013. La reconquête du centre-ville s’appuie sur la création d’un espace public de 7,5 Ha, baptisé “la pièce urbaine”, entièrement voué aux déplacements doux, son paysage planté et aménagé en font un lieu d’activité à la fois paisible et dynamique à moins de 3 km de Paris.  

Suite au concours international EUROPAN 8, l’Atelier Teisseire livre aujourd’hui avec ses partenaires, le cahier des charges des prescriptions urbaines, architecturale set environnementales de l’écoquartier du centre-ville de La Courneuve.

Comment donner une image de centralité à une ville dont le développement est épars et dont le centre n’est pas identifiable par sa densité ? Quels sont les éléments sur lesquels l’identité de la ville peut se forger ? Le centre ville de La Courneuve, est un quartier à l’écart des flux qui le cernent mais ne le pénètrent pas. Constitué d’un tissu hétérogène, il reste profondément marqué par la présence de bâtiments témoignant d’un passé industriel glorieux. Les enjeux du projet passent par un questionnement sur les éléments qui constituent son centre ville aujourd’hui, sur leur devenir mais aussi sur les perspectives de développement.

Le projet propose d’y constituer une urbanité spécifique en le dotant d’une image claire, en opposition avec celle de friches en déshérence qui lui est associée, et en le redynamisant par de nouveaux enjeux fonctionnels (centre administratif, salle de conférence, centre culturel, commerces, activités et lieu de culte). Ainsi, en créant un nouvel espace public majeur dont les appropriations sont multiples, l’image et l’expression de la ville sont renforcées.

Le projet crée du sens à la ville en assemblant deux images fortes : celle de l’institution municipale et celle du passé industriel, incarnées par la Mairie et l’usine Mécano réhabilité en centre culturel et artistique. La recherche porte sur une « centralité linéaire ». Le projet affirme la place de l’espace public à partir duquel les fragments, porteurs d’identité, se recomposent. LaPlace linéaire est constituée par une « façade-voile». Cet aménagement permet ainsi à la ville de croître avec son centre. Par ailleurs, cet espace public crée une respiration apportée par un rythme dans la ville. Le projet s’appuie sur l’atmosphère du lieu lié au patrimoine industriel et choisit de se réapproprier l’usine Mécano comme un tissu capable de devenir une partie intégrante de la ville. Le projet se veut sensible en réinterprétant les éléments remarquables du site : l’unité esthétique qui se dégage de l’architecture de brique dans la typologie des logements, l’architecture industrielle, patrimoine architectural et témoignage sensible du vécu des habitants de La Courneuve, ou encore la grande échelle des infrastructures et des franchissements dans le tracé de la Place.

Le geste de la Place linéaire est le tracé générateur d’une séquence urbaine qui appuie les projets en cours allant du renouvellement urbain du Grand Ensemble du quartier des Clos au quartier des Quatre Routes. Le projet architectural répond à la confusion qui existait quant à la façade noble de l’Hôtel de Ville. Un système d’édifice Hall est positionné en vis-à-vis de l’ancienne Mairie afin de proposer une nouvelle façade d’entrée contemporaine qui met en valeur l’ancienne. Cette annexe à l’Hôtel de Ville s’accroche derrière « le voile » qui constitue la Place. Le concept des logements, s’appuie sur l’image de la respiration. Leurs typologies variées reprennent l’esthétique industrielle, liée au type de construction, à l’alternance « plein - vide ». Les logements se développent sur le principe de refends en béton, jouant le rôle de mitoyen. Ils sont disposés selon plusieurs rythmes : celui de l’espace à vivre, celui de l’activité ou celui de l’espace végétalisé. Les surfaces de plancher sont libres de toutes structures porteuses. Chacun de ces interstices est habité par un volume baigné de lumière et adapté à sa fonction auquel lui est associée une terrasse végétalisée. 
Ainsi, chacun des vides est proposé comme un jardin suspendu, une respiration à la ville.
Texte de présentation, 2006. H&K Tesseire
 
RETOUR SUR EXPÉRIENCE
la parole à ken et hélène tesseire
Qu’est-ce que vous a apporté le concours EUROPAN?
• La possibilité d’accéder à la commande publique sans référence préalable.
• Une expérience professionnelle à haut niveau d’éxigence avec le secours et l’encadrement d’Alain Coquet - Europan France.

Quel regard portez-vous sur la commande réalisée à l’issue du concours, en comparaison à une commande traditionnelle?
Une véritable opportunité de réflexion dans notre carrière d’architectes, l’envergure du projet dépasse de loin notre expérience professionnelle. Plus de six ans d’études constantes, en partenariat avec de nombreux acteurs du territoires, ont conduit à l’inauguration d’un premier espace public de qualité associé à un programme culturel appuyant la centralité réaffirmée du centre-ville administratif de La Courneuve.

*Textes rédigés par l'équipe pour Europan France 

étude urbaine et architecturale

CONTACT
FR | EN